Les grands sites

  • Imprimer

Quelques sites incontournables !

Partez à la découverte des richesses naturelles et culturelles du Parc national du Mercantour. Voilà une sélection de sites à ne pas manquer lors de votre séjour dans le massif du Mercantour. Ils sont tous accessibles par un important réseau routier et des sentiers de randonnée aménagés. De la mer à la montagne, vous y découvrirez une incroyable diversité marqué par un passé historique fort et une position biogégraphique unique entre influences méditerranéenne et alpine offrant des paysages et une biodiversité exceptionnels.

D'une vallée à l'autre, chaque lieu est unique et vous fait voyager à travers le temps. Vous serez subjugués par les panoramas que vous offre la succession de lacs, cols, sommets, gorges...Laissez-vous guider et prenez le temps d'explorer chaque site à votre rythme.

 

Alpes-Maritimes (06)

Vallée de la Roya-Bévéra

L'Authion

Le massif de l'Authion est un lieu chargé d'histoire : Forts de la Forca, des Milles Fourches,Redoute des Trois Communes, Camp de Cabanes Vieilles... sont autant de vestiges du passé militaire de ce site stratégique.Véritable forteresse naturelle culminant à plus de 2000 m d'altitude et offrant un panorama grandiose de la Méditerranée aux Alpes, l'Authion fait face au col de Tende, qui fut le passage obligé de la «Route du Sel» entre Nice et le Piémont.

Fort de la Redoute à l'Authion (Photo de E. Gastaud/PNM)

Fort de la Redoute à l'Authion (Photo de E. Gastaud/PNM)

 

Vallée des Merveilles et de Fontanalbe

Un monument historique dans le Parc national: 40.000 gravures rupestres à l'air libre. Datées pour la plupart aux environs de 3300 av J-C, elles constituent un patrimoine archéologique exceptionnel. Corniformes, armes et outils, figures géométriques, autant de gravures des scènes de la vie pastorale. Au pied de la montagne sacrée du Bego, des anthropomorphes renvoient aux représentations humaines mais aussi aux divinités comme «le sorcier».

Plus d'informations sur la Vallée des Merveilles : cliquez ICI

Vallée des Merveilles, lieu-dit "les Ciappes", zone de gravures rupestres (Photo de JM. Cevasco/PNM)

Vallée des Merveilles, lieu-dit "les Ciappes", zone de gravures rupestres (Photo de JM. Cevasco/PNM)

 

Le Col de Tende

Le Col de Tende, point de raccordement entre le massif cristallin de l'Argentera et le massif calcaire et karstique du Marguareis, marque la transition entre deux «mondes» : les terrassements méditerranéens de la Vallée de la Roya cèdent le pas au décor plus sévère et typiquement alpin des vallées qui descendent jusqu'à Cuneo. Hommes, mulets et chars sillonnèrent la route qui franchit le col plusieurs siècles durant, jusqu'à la construction du tunnel, entamée en 1782.De nombreux forts du XIXème siècle de la Maison de Savoie ainsi que la route militaire, qui longe la ligne de partage des eaux, témoignent de l'importance stratégique de ce site.

Col de Tende et sa route en lacets (Photo de L. Malthieux/PNM)

Col de Tende et sa route en lacets (Photo de L. Malthieux/PNM)

 

Vallée de la Vésubie

La haute vallée de la Gordolasque

C'est avant tout des glaciers gigantesques qui occupaient cette vallée il y a 20.000 ans et qui ont modulé ce paysage impressionnant où l'élément minéral est omniprésent.Au détour d'un sentier, le visiteur pourra apercevoir un chamois ou photographier un bouquetin peu farouche. Parmi les multiples fleurs, la potentille de Valdieri, endémique du massif Argentera-Mercantour.

Vallon de la Fous en Gordolasque (Photo de F. Guigo/PNM)

Vallon de la Fous en Gordolasque (Photo de F. Guigo / PNM)

 

L'Authion

Le massif de l'Authion, lieu chargé d'histoire, est également accessible par la vallée de la Gordolasque : Forts de la Forca, des Milles Fourches,Redoute des Trois Communes, Camp de Cabanes Vieilles... sont autant de vestiges du passé militaire de ce site stratégique.Véritable forteresse naturelle culminant à plus de 2000 m d'altitude et offrant un panorama grandiose de la Méditerranée aux Alpes, l'Authion fait face au col de Tende, qui fut le passage obligé de la «Route du Sel» entre Nice et le Piémont.

Fort de la Redoute à l'Authion (Photo de E. Gastaud/PNM)

Fort de la Redoute à l'Authion (Photo de E. Gastaud/PNM)

 

La Madone de Fenestre

La légende dit que c’est une apparition de la Vierge dans une auréole de lumière sur un sommet proche du Gélas, la “Fenêtre du Cayre”, qui décida les Templiers à construire un sanctuaire dit de Notre-Dame-de-Fenestre, où ils déposèrent une statue en cèdre rapportée de Palestine. Chaque année, encore aujourd’hui, les 15 août et 8 septembre sont des dates de pèlerinage à la Madone.

La Madone de Fenestre (Photo de G. Lombart / PNM)

La Madone de Fenestre (Photo de G. Lombart / PNM)

 

La haute vallée du Boréon

La haute vallée du Boréon, couverte d'une forêt sombre de sapins et d'épicéas qui encercle un lac artificiel, est un site protégé depuis plus de 50 ans où la faune s'observe facilement.Ce lieu verdoyant est le point de départ de nombreuses randonnées notamment vers le lac Nègre et le lac de Trécolpas. On rejoint également le refuge de la Cougourde situé au pied de la cime de Cougourde et sa fameuse face ouest, haute de 400 métres très parcourue par des alpinistes de tout niveau.

Paysage du Haut-Boréon et le massif de la Cougourde dans les nuages (Photo de F. Guigo/PNM)

Paysage du Haut-Boréon et le massif de la Cougourde dans les nuages (Photo de F. Guigo / PNM)

 

Vallée de la Tinée

Le fort de Rimplas et l’ouvrage fortifié de la Frassinéa

Depuis le fort de Rimplas construit sur un éperon rocheux, la vue embrasse les paysages de la Vallée de la Tinée. Cet édifice militaire fut le premier construit sur la ligne Maginot, entamé en 1928, il fut achevé en 1937. Il abritait une garnison de 350 hommes. La Frassinéa, l'une de ses annexes fut bâtie entre 1935 et 1939. Toutes ses fortifications destinées à stopper l'intrusion des chars italiens n'ont guère été exploitées. Aujourd'hui, des visites sont proposées à la Frassinéa, fortification qui a été réhabilitée.

 

Les lacs de Vens

Ces magnifiques lacs glaciaires s’échelonnent de 2.286 à 2.327 métres d’altitude dans un écrin rocheux ourlé de verdure. Leurs eaux étales et limpides reflètent les sommets alentour et alimentent en contrebas une série de cascades vertigineuses. Ces hauts vallons abritent jusqu’au début de l’été une flore exubérante. La saxifrage à fleurs multiples, espèce endémique de l’Argentera Mercantour. Dans les anfractuosités des hautes parois s’accroche avec obstination, pour n’y fleurir qu’une fois et mourir, la saxifrage à fleurs multiples, espèce endémique de l’Argentera-Mercantour.

Les lacs de Vens (Photo de A. Turpaud/PNM)

Les lacs de Vens (Photo de A. Turpaud / PNM)

 

Vallée du Haut-Var/Cians

Les gorges de Daluis

La route en corniche des Gorges de Daluis vous conduit vers les sommets du Mercantour. Ses parois vertigineuses ont été taillées dans des pélites rouges par le torrent du Var connu pour ses crues violentes. Surnommé le «Colorado niçois», ce site est exceptionnel par ses paysages, la richesse de sa faune et de sa flore.

Gorges du Cians et de Daluis (Photo de G. Lombart/PNM)

Gorges du Cians et de Daluis (Photo de G. Lombart/PNM)

 

Village de Péone

Ce village d’altitude se dresse fièrement le long de la paroi. Le visiteur est saisi par l’aspect impressionnant de son architecture, accentuée e par la présence des «Demoiselles» qui le surplombe. Deux reines sont nées ici: Marie-Julie Clary(1771-1845), mariée à Joseph Bonaparte, souverain de Naples et d'Espagne et Désirée Clary (1777-1860) qui épousa Bernadotte, roi de Suède en 1818.

Village de Péone et les aiguilles calcaires nommées les demoiselles (Photo de M. Evenot/PNM)

Village de Péone et les aiguilles calcaires nommées les demoiselles (Photo de M. Evenot/PNM)

 

Col de la Cayolle

Ce col est situé sur la voie de communication historique entre les hautes vallées du Var et de l’Ubaye, remise à l’honneur aujourd’hui comme «Route des Grandes Alpes». C’est un lieu idéal de départ pour un randonnée, un col très apprécié et connu de tous les cyclotouristes. On y accède depuis le hameau d'Estenc où le fleuve Var prend sa source. Prairies de fauche, forêts de mélèzes et alpages se succèdent jusqu'au sommet de ce site protégé à haute valeur paysagère. Sa beauté naturelle initiale lui a été rendue au travers d'une action de réhabilitation menée par le Parc national..

Paysage du Haut-Var près du col de la Cayolle au-dessus d'Estenc (Photo de G. Lombart/PNM)

Paysage du Haut-Var près du col de la Cayolle au-dessus d'Estenc (Photo de G. Lombart/PNM)

 

Alpes de Haute-Provence (04)

Vallée du Haut-Verdon

Colmars-les-Alpes

Colmars bénéficie du label «Village et Cité de Caractère». Cette ancienne ville-frontière est protégée par une enceinte fortifiée par Vauban. La Porte de France et la Porte de Savoie ouvrent sur une cité aux rues étroites qui dévoilent lentement le charme des maisons anciennes et des placettes ornées de fontaines. Les paysages de montagnes boisées constituent un écrin verdoyant pour ce superbe village authentique.

Fort de Savoie à Colmars-les-Alpes (Photo de M. E. Le Bouteiller/PNM)

Fort de Savoie à Colmars-les-Alpes (Photo de E. Le Bouteiller/PNM)

 

La forêt de Ratery

Une forêt remarquable alors qu’autrefois le versant n’était que pierrailles. A la fin du 19éme siècle, l’Etat lance des actions de reboisement de grande ampleur, 600.000 résineux sont plantés. Aujourd’hui le mélèze, conifère appréciant les espaces ensoleillés de montagne aux sous bois riches et prisés par les troupeaux côtoie, entre autres, le pin cembro. Ce dernier nourrit le casse-noix, oiseau bruyant et prévoyant qui constitue des réserves de graines.

 

Le Lac d’Allos

Ce lac, creusé par les glaciers, est dominé par cinq somptueuses tours de grès d’Annot. Du haut de ses 3.050 métres le Mont Pelat veille sur ce paysage magique et harmonieux, fréquenté par de nombreuses espèces d’animaux telles que bouquetins, chamois, marmottes, aigles royaux. Plus grand lac naturel d’Europe à une altitude supérieure à 2.200 métres, il est ceinturé de pelouses parsemées de mélèzes.

Plus d'infos :

Lac d'Allos surplombé par ses Tours en grès d'Annot (Photo de L. Olivier/PNM)

Lac d'Allos surplombé par ses Tours en grès d'Annot(Photo de L. Olivier/PNM)

 

Vallée de l'Ubaye

Col de la Bonette

Un panorama grandiose au point de contact entre les Alpes-Maritimes et les Alpes de Haute Provence. Une table d’orientation permet de repérer les sommets environnants, du Mont Mounier à la chaîne frontalière les 3.000 métres ne manquent pas. La vue s’étend vers le nord du Mont Viso en Italie aux 4.000 métres du Parc national des Ecrins. Des vestiges de fortifications, témoignant du passé militaire de ce site stratégique, sont visibles ça et là tels le fort de Pelousette et le fortin des Fourches.

Col de la Bonette, 2 715 m d'altitude (Photo de A. Turpaud/PNM)

Col de la Bonette, 2 715 m d'altitude (Photo de A. Turpaud/PNM)

 

Le vallon du Bachelard

Entre les gorges de la Corbière et la montée somptueuse du Col de la Cayolle, se déroule le vallon sauvage du Bachelard. Ponctuée de murets de pierre sèches et d'ouvrages d'art du début du XXème siècle, la Route des Grandes Alpes traverse des hameaux à l'architecture traditionnelle, des pâturages fleuris, des mélézins vaporeux, avant de déboucher, au coeur du Parc national du Mercantour, sur le Col de la Cayolle.

Vallon du Bachelard, versant ubayen du Mont Pelat

Vallon du Bachelard, versant ubayen du Mont Pelat (Photo de L. Malthieux/PNM)